retour à la liste des actualités
30.12.2013

La toxoplasmose chez la femme enceinte

Dr Aurélie Urano - Biologiste Médical - Laboratoire LCD - Voltaire

 

 

La primo-infection toxoplasmique est bénigne ou cliniquement inapparente dans plus de 80 % des cas, c’est pourquoi la sérologie représente la base du dépistage et du diagnostic de la toxoplasmose. La législation française impose la détection des anticorps IgG et IgM. Le biologiste est souvent confronté à des difficultés d'interprétation des résultats, notamment lors de la surveillance de la femme enceinte. Or, c'est une étape essentielle dans la prévention de la toxoplasmose congénitale, car à partir des conclusions de l'analyse sérologique découle toute la conduite à tenir ultérieure, à la fois prénatale et postnatale.

La toxoplasmose est une affection ubiquitaire due à Toxoplasma gondii, protozoaire intracellulaire. Lorsqu’elle survient au cours de la grossesse, elle peut entraîner des atteintes plus ou moins graves chez le fœtus. Le risque de transmission augmente avec l’âge gestationnel alors que la gravité de l’atteinte fœtale diminue au cours de la grossesse.

La prévention de la toxoplasmose congénitale repose en France sur un programme de surveillance sérologique des femmes enceintes, obligatoire depuis 1978. Ce programme a pour objectifs d’établir le statut immunologique de la patiente vis-à-vis de la toxoplasmose, d’identifier les femmes enceintes non immunes afin de limiter le risque de contamination au cours de la grossesse (par des mesures d’hygiène alimentaire) et de diagnostiquer le plus précocement possible une séroconversion maternelle en cours de grossesse afin de proposer une prise en charge adaptée.

La circulaire ministérielle du 27 septembre 1983 recommande l’information des femmes enceintes non immunes sur les moyens de prévention contre la toxoplasmose. Parmi les mesures préconisées par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) en 2005 et reprises dans le rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) publié en octobre 2009 (5), on distingue :

Les mesures indispensables dont l’efficacité est prouvée :

  • Bien cuire la viande dans toute son épaisseur à une température de 67 °C. En pratique, une viande bien cuite a un aspect extérieur doré, voire marron, avec un centre rose très clair, presque beige et ne laisse échapper aucun jus rosé. L’efficacité de la cuisson au four à micro-ondes pour détruire les kystes n’est pas prouvée.
  • Laver à grande eau les fruits et légumes consommés crus (radis, salade, fraises, champignons...).
  • Se laver les mains, surtout après avoir manipulé de la viande crue, des crudités souillées par de la terre, après avoir jardiné et avant chaque repas.
  • Porter des gants pour jardiner ou pour tout contact avec de la terre.
  • Faire laver, chaque jour, par une autre personne, le bac à litière du chat avec de l’eau bouillante, ou porter des gants.
  • Laver à grande eau les ustensiles de cuisine ainsi que les plans de travail.

 

Les mesures complémentaires recommandées :

  • Congeler les denrées d’origine animale à des températures inférieures à -18 °C (congélation pendant au moins 3 jours à -18 °C).
  • Lors des repas en dehors du domicile, ne consommer que de la viande bien cuite ; éviter les crudités et préférer les légumes cuits.

 

À titre de précaution sont déconseillés les aliments suivants :

  • Lait de chèvre cru.
  • Viande marinée, saumurée ou fumée.
  • Huîtres, moules et autres mollusques consommés crus.


Conclusion : Le biologiste est souvent confronté à des difficultés d'interprétation dans le sérodiagnostic de la toxoplasmose, notamment lors de la surveillance chez la femme enceinte. Or, c'est une étape essentielle dans la prévention de la toxoplasmose congénitale car, à partir des conclusions de l'analyse sérologique découle toute la conduite à tenir ultérieure, à la fois prénatale et postnatale.

 

D'après Feuillet de biologie VOL LII n°298-janvier 2011

 

 



Documents associés : Sérodiagnostic de la toxoplamose en 2010 conduite à tenir et interprétation en fonction des profils sérologiques obtenus par les méthodes de dépistage