retour à la liste des actualités Dépistage de l’infection à Neisseria gonorrhoeae
29.12.2013

Dépistage de l’infection à Neisseria gonorrhoeae

 

Dr Laurent Souied - Biologiste médical - Plateau technique

 

La direction générale de la santé (DGS) a saisi la Haute Autorité de la Santé (HAS) afin que soit évaluée l'opportunité du dépistage de l’infection à Neisseria gonorrhoeae en France. 1

 

En effet, la DGS rappelle :

  • le contexte général de recrudescence des infections sexuellement transmissibles (IST) et de modification des comportements sexuels à risque ;

  • la résurgence des cas de gonococcies diagnostiqués par les réseaux de surveillance ;

  • la diffusion croissante de cette infection chez la population jeune et le diagnostic parfois tardif ;

  • les complications sévères que cette infection est susceptible d’entraîner, en particulier chez les femmes, et le risque de transmission sexuelle de l'infection par le VIH plus élevé en cas de gonococcie ;

  • les progrès technologiques et le développement de nouvelles techniques de détection de l’infection.

     

Dans sa synthèse, l'HAS a passé en revue les différents moyens de diagnostic de l'infection à Neisseria gonorrhoeae (microscopie, culture et techniques d'amplification des acides nucléiques), les conclusions de la revue de la littérature, les recommandations internationales.

 

Selon les membres du groupe de travail, chez un individu symptomatique, la culture pourra être associée aux tests multiplex qui permettent le dépistage simultané des infections à N. gonorrhoeae et à C. trachomatis par l’utilisation de la biologie moléculaire.

 

C'est pourquoi, nous vous informons que nous réalisons le diagnostic de l'infection à Neisseria gonorrhoeae couplée au diagnostic de l'infection à Chlamydia trachomatis par une technique de biologie moléculaire (Polymerase Chain Réaction – PCR).

 

 

De plus, il est à noter qu'en cas de volonté de dépister le portage asymptomatique (surtout chez les jeunes femmes) de N. gonorrhoeae et à C. trachomatis la recherche par PCR sur un auto-prélèvement vaginal, ou sur un premier jet d'urine, peut être réalisé. Votre laboratoire met à votre disposition le matériel nécessaire à ce dépistage. En effet des études2 ont montré la (grande) supériorité du dépistage par PCR (sensibilité de 99%) sur la culture (sensibilité de 81%).

 

 

 

1 Dépistage et prise en charge de l’infection à Neisseria gonorrhoeae: état des lieux et propositions - Synthèse HAS

 

2 Stewart C M W et coll. : Assessment of self taken swabs versus clinician taken swab cultures for diagnosing gonorrhoea in women: single centre, diagnostic accuracy study BMJ 2012;345:e8107 



Documents associés : Recommandation HAS Gonocoque