retour à la liste des actualités
03.02.2014

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO)

Dr Huy Clarisse - Biologiste médical - Plateau Technique du groupe LCD

 

 

Classe

NACO

Anti-Xa

Apixaban (Eliquis®) Rivaroxaban (Xarelto®)

Anti-IIa

Dabigatran (Pradaxa®)

 

  • INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES

 

- Prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients adultes ayant bénéficié d'une chirurgie programmée pour prothèse totale de hanche ou de genou (dabigatran, apixaban, rivaroxaban).

- Prévention de l'accident vasculaire cérébral et de l'embolie systémique chez les patients adultes atteints de fibrillation atriale non valvulaire (dabigatran, rivaroxaban).

- Traitement de la thrombose veineuse profonde et de l’embolie pulmonaire (rivaroxaban)

Ils sont une alternative aux anti-vitamines K (AVK), particulièrement en cas de fluctuations de l’INR en dehors de la zone thérapeutique. MAIS il n’y a pas lieu de changer le traitement d’un patient stabilisé sous AVK.

 

 

  • EFFET INDÉSIRABLES

Les risques majeurs des nouveaux anticoagulants oraux sont similaires à ceux des AVK, à savoir :
- Risque d’hémorragie en cas de surdosage (fréquence du risque hémorragique comparable à celui des AVK, moins de saignements intracrâniens, plus de saignements digestifs).
- Risque de thrombose en cas de sous-dosage.

 

Les facteurs de risque de surdosage et d’accident hémorragique sont notamment :

- sujet âgé (> 75 ans),
- insuffisance rénale,
- faible poids corporel,
- certaines comorbidités associées à un risque hémorragique élevé,
- certaines interactions médicamenteuses (AINS, anti-aggrégants plaquettaires...).

 

Il n’y a pas d’antidote ou de traitement correcteur validé en cas d’accident hémorragique ou de chirurgie ou acte interventionnel non programmé. L'utilisation de facteurs de la coagulation est proposée mais est actuellement non documentée par des études cliniques.

 

  • POINT BIOLOGIE

Ces molécules sont administrées sans surveillance biologique, mais des tests de coagulation sont à demander lors de manifestations hémorragiques ou avant un geste chirurgical en urgence.

Des tests spécifiques de dosage existent pour le Dabigatran et le Rivaroxaban et sont à demander en première intention. Les tests biologiques de routine peuvent être utilisés en cas d'indisponibilité des tests spécifiques.

 

Zones de valeurs thérapeutiques attendues (Dabigatran et Rivaroxaban)

 

DABIGATRAN (posologie)

Concentration plasmatique moyenne (25ème-75ème percentile)

220 mg x1 /j

Cmax : 70,8 ng/ml (35 -162)

Cmin : 22 ng/ml (13-36)

150 mg x2 /j

Cmax : 175 ng/ml (117-275)

Cmin : 91 ng/ml (61-143)

RIVAROXABAN (posologie)

Concentration plasmatique moyenne (5ème-95ème percentile)

10 mg x1/ j

Cmax : 125 ng/ml (91-195)

Cmin : 9 ng/ml (1-38)

20 mg x1/j

Cmax : 215 ng/ml (22-535)

Cmin : 32 ng/ml (6-239)

 

 

 

 

Retentissement des NACO sur les tests biologiques de routine

Le dabigatran et le rivaroxaban modifient tous les tests établis sur un temps de coagulation, qu’il s’agisse des tests usuels d’hémostase (TP, TCA et temps de thrombine pour le dabigatran et TP, TCA pour le rivaroxaban) ou de ceux effectués lors de la recherche d’une anomalie biologique dans le cadre d'un bilan de thrombose ; des différences sont observées avec une plus grande sensibilité du TP au rivaroxaban et du TCA au dabigatran.

Le retentissemen de l'apixaban sur les tests de coagulation  (TP, TCA) est en revanche beaucoup moins important que celui des deux autres nouveaux anticoagulants.

 

Classe

NACO

TP

TCA

TT

Anti-Xa

Apixaban (Eliquis®)

+

+

0

Anti-IIa

Dabigatran (Pradaxa®)

++

+++

++

Anti-Xa

Rivaroxaban (Xarelto®)

+++

++

0

 

 

 

CAT en cas de chirurgie urgente selon les résultats des tests biologiques (Dabigatran et Rivaroxaban)

 

Capture

Capture

 

Références bibliographiques :

 

-Monographies de l'Apixaban, Dabigatran et Rivaroxaban (disponibles sur le site de http://www.theriaque.org/)

-Rivaroxaban et biologie médicale GEHT 2012

-Point d'information Afssaps avril 2012 : les NACO (dabigatran et rivaorxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu'il faut savoir

-Présentation ANSM novembre 2013: bénéfices/risques, iatrogénie des NACO

-Option bio n°500 décembre 2013 : Comment réduire le risque hémorragique des NACO en chirurgie programmée ou urgente, NACO : comment diagnostiquer un surdosage

 



Documents associés : ANSM Point-Info-Nouveaux AnticoagulantsOraux 2012GEHT dabigatran et test de biologie médicaleGEHT Xarelto et test de biologie médicaleNACO présentation benefices-risques_iatrogenie_ANSM nov2013