retour à la liste des actualités
14.11.2013

La rhinite allergique

Dr Michael Dullin - Biologiste médical - Laboratoire LCD - Bagneux

 

 

La rhinite allergique est une inflammation (IgE-dépendante) des muqueuses de la cavité nasale suite à une exposition à un allergène (pollen par exemple) inhalé dans l'air ambiant. 50 % seulement des rhinites sont d'origine allergiques. Les autres causes peuvent être d'origine infectieuses, médicamenteuses, dues à un défaut structurel des conduits nasaux, ou hormonal (lors de la grossesse notamment).

La rhinite allergique peut être intermittente (rhume des foins) si elle dure moins de 4 semaines consécutives par an (allergie aux pollens par exemple).


Si elle persiste plus longtemps, on parle alors de rhinite allergique persistante, affectant fortement la qualité de vie des personnes qui en sont victimes. Elles sont par exemple provoquées par l'exposition à des acariens ou des moisissures présents dans l'habitat.

 

On peut aisément dépister l'origine allergique de la rhinite grâce à un examen médical approfondi, accompagné d'un interrogatoire bien conduit. En complément, le médecin a à sa disposition un test (prick-test), lui permettant de démontrer la sensibilisation allergénique.
Asthme et rhinite sont fréquemment associés.

 

Lorsque la source allergénique a été identifiée, il est recommandé de mettre en place, chaque fois que cela est possible, une éviction le plus ciblée possible pour un patient donné, et plus particulièrement chez l'enfant.

Des mesures préventives simples appliquées lors de la grossesse et après la naissance peuvent permettre de prévenir la survenue des allergies plus tard chez l'enfant:

  • Tabagisme passif et actif est à proscrire.
  • L'allaitement maternel est toujours recommandé.
  • La diversification alimentaire est recommandée entre les âges de 4 et 6 mois, en l'absence d'allergie alimentaire prouvée.


De nombreuses rhinites allergiques sont asymptomatiques et ne nécessitent aucun traitement.
En ce qui concerne les rhinites allergiques légères, l'automédication est fréquente et doit être impérativement orientée.

 

En cas de rhinite plus sévère, le prescripteur dispose de nombreux médicaments de classes différentes (antihistaminiques, glucocorticoides locaux ou immunothérapie spécifique). Chaque médicament est adapté à une situation et un patient particulier.

 

Enfin, la chirurgie n'est pas indiquée dans le traitement de la rhinite allergique sans pathologie nasosinusienne associée.